Mon cahier de collages, recueil et outil thérapeutique

Depuis 4 ans maintenant j’utilise la technique du collage, elle m’a beaucoup apporté pour débloquer des émotions rentrées et m’a permis de poser certaines choses. Comme un journal intime, mon cahier de collages m’accompagne au fil des mois et des années et je ne m’en sépare jamais.
En préambule, il me semblait important de vous préciser un détail sur  la nature de ma relation à l’image et aux émotions. J’ai pris conscience de celle-ci rapidement après mon entrée  dans la vie « active ». En effet, j’ai très vite perçu  que ce qui me plaisait le plus dans mon métier était lié à la nécessité et à la complexité de transmettre un message, des émotions, une idée, par le biais d’illustrations. C’est ainsi que le parallèle avec les collages m’est apparu comme une évidence.

Ce cahier est un outil extrèmement simple à mettre en place, il vous permettra de décoder vos envies et vos pensées plus facilement. Avec lui vous vous offrirez un espace concret pour accueillir et recevoir votre monde intérieur tout en vous relaxant.

Plus concrètement, voici ce dont vous aurez besoin pour commencer :

matériel de collage

  • Le cahier : je vous conseille ce cahier « ZAPbook ». Gros cahier broché de 320 pages, format A4, Clairefontaine, papier recyclé 80 g. Parfait pour cet usage, il a une très bonne tenue avec les nombreuses manipulations que je lui fais subir. Il existe dans différents coloris, 8 je crois et coûte environ 3 euros.
Lire la suite

L’amitié serait-elle elle aussi devenue libérale ?

Amitié

Arrivée à la quarantaine, je remarque que les vrais amis se font de plus en plus rares ! Évidement  il y a les vieux potes, ceux du début, Sébastien, Christophe, Christine, Jérôme, Flo, Lolo and co …, on se voit peu, chacun a sa vie, on est éloignés par les kilomètres mais c’est un peu comme la famille, les racines, un point d’ancrage pour moi. Je sais que quoi qu’il advienne, ils sont toujours là, sans sous entendus, sans ambigüité. Il y a aussi les bonnes surprises de la vie, rencontrées plus tard, à la sortie de l’école, au boulot et dont il reste d’excellents souvenirs et deux amitiés sincères qui perdurent.

Aujourd’hui autour de moi gravitent de nombreuses personnes, des connaissances, des collègues, de nouvelles rencontres, des personnes certainement bien intentionnées et d’autres bien plus malveillantes … mais alors comment faire le tri ? qui est sincère ? qui agit par intérêt ? une amitié peut-elle encore naître à 40 ans ? peut-on avoir encore confiance ?

Les études que j’ai parcouru sur le sujet vont toutes dans la même direction, le lien social contribue au bonheur, on vit mieux et en meilleure santé si on est bien entouré. De mon côté, plus je vieilli et plus je m’isole et me recentre sur le cocon familial, les liens superficiels et les relations dites »sociales » ne me disent plus rien, je sens qu’elles n’apportent aucun élément constructif à ma vie, aussi,  j’ai l’impression au contraire que je me rapproche de ma vérité en élaguant les fausses relations. Je ne peux me résoudre à tisser ces liens superficiels si chers aux diners mondains et au monde du travail, à ceux-là, je préfère de loin l’amitié.

Lire la suite

Ces amies qui vous veulent du bien …

Attention traitresse

Je crois que de toutes les souffrances que j’ai pu ressentir dans ma vie, la trahison a été celle qui m’a le plus perturbée et transformée. J’ai la certitude qu’elle n’est pas réservée à l’amour, tous les liens peuvent être touchés, liens amicaux, professionnels, familiaux… Dès qu’il y a relation à deux, la trahison peut pointer le bout de son nez …

Je voudrais essayer dans ce billet de vous décrire  les différentes phases que j’ai traversées.

Il y a eu tout d’abord l’effet de surprise, le moment où tu tombes des nues, celui où tu te demandes si ce que tu vis est bien réel, tu crois que tu vas te réveiller mais non ! Tu restes là plantée, sidérée. Cette période peut durer quelques temps, le matin tu te demandes encore et encore si c’est un rêve et tu réalises vite que non, c’est bien la vie, ce qui a eu lieu a bien eu lieu, tu es alors violemment expulsée du monde de tes croyances.

La désillusion arrive ensuite assez rapidement, effaçant progressivement la surprise et peu à peu la perte de confiance s’installe avec son lot de remises en question diverses et variées et ses passages de tristesse alternés de moments de colère.
A cet instant tu réalises à quel point tu as été méprisée dans le déni le plus total. Tu essayes de faire le tri des pourquoi (vengeance, manipulation pour atteindre un objectif, névrose…) et tu tentes de prendre du recul, les suppositions les plus farfelues te passent par la tête pour tenter de «comprendre».

Lire la suite