L’amitié serait-elle elle aussi devenue libérale ?

Amitié

Arrivée à la quarantaine, je remarque que les vrais amis se font de plus en plus rares ! Évidement  il y a les vieux potes, ceux du début, Sébastien, Christophe, Christine, Jérôme, Flo, Lolo and co …, on se voit peu, chacun a sa vie, on est éloignés par les kilomètres mais c’est un peu comme la famille, les racines, un point d’ancrage pour moi. Je sais que quoi qu’il advienne, ils sont toujours là, sans sous entendus, sans ambigüité. Il y a aussi les bonnes surprises de la vie, rencontrées plus tard, à la sortie de l’école, au boulot et dont il reste d’excellents souvenirs et deux amitiés sincères qui perdurent.

Aujourd’hui autour de moi gravitent de nombreuses personnes, des connaissances, des collègues, de nouvelles rencontres, des personnes certainement bien intentionnées et d’autres bien plus malveillantes … mais alors comment faire le tri ? qui est sincère ? qui agit par intérêt ? une amitié peut-elle encore naître à 40 ans ? peut-on avoir encore confiance ?

Les études que j’ai parcouru sur le sujet vont toutes dans la même direction, le lien social contribue au bonheur, on vit mieux et en meilleure santé si on est bien entouré. De mon côté, plus je vieilli et plus je m’isole et me recentre sur le cocon familial, les liens superficiels et les relations dites »sociales » ne me disent plus rien, je sens qu’elles n’apportent aucun élément constructif à ma vie, aussi,  j’ai l’impression au contraire que je me rapproche de ma vérité en élaguant les fausses relations. Je ne peux me résoudre à tisser ces liens superficiels si chers aux diners mondains et au monde du travail, à ceux-là, je préfère de loin l’amitié.

Un bien grand mot que j’ai aujourd’hui beaucoup de mal à définir du fait je pense d’un trop grand désir de perfection et de nombreux déboires passés. Les valeurs, le partage, la réciprocité, le soutien, les rires, les pleurs aussi … la liste est bien longue et je n’arrive jamais à en faire le tour comme je le voudrais, mais en résumé, je pense ne pas avoir oublié grand chose …

Il faut maintenant que je fasse une parenthèse sur Lolo un des garçons de notre vieux groupe de copains. Il y a quelques années, nous nous étions retrouvés le temps d’un week-end à Dieppe, dans un gite très sympa, loué pour la bande. Le samedi soir, comme souvent, nous avions refait le monde (on faisait tout le temps ça à cette époque). Laurent avec son ptit côté provoc’ habituel avait lancé cette petite phrase : « on ne fait rien sans intérêt ».  Avec ces quelques mots, il avait rapidement suscité les plus vifs émois dans l’assemblée et une discussion s’était engagée jusqu’à l’aube.

Dans mes « croyances personnelles », je me suis toujours représenté l’intérêt comme quelque chose qui s’applique aux choses, on s’intéresse à un livre, une œuvre d’art, un sport …
Parallèlement, en ce qui concerne les individus, il s’agit plus pour moi d’un don, on donne de l’attention à une personne, à un ami … hors aujourd’hui, plus j’avance et plus je suis triste de constater que les gens, trop souvent, ne la donnent pas, ils la prêtent ! Peut-on alors mettre en lien le mot « intérêt  » si cher à Lolo ?

Pour moi c’est clair, nous faisons un bon immédiat vers le champ lexical du domaine bancaire !!! Alors d’un côté je me dis que ce n’est pas étonnant de faire ce constat, l’amitié deviendrait-elle elle aussi ultralibérale que notre monde? J’ose espérer que je me trompe et qu’à l’approche de la cinquantaine, je reviendrai sur ce billet avec une autre vision des choses.

Vous pourrez aussi aimer

Un commentaire

  1. On fait toutes choses avec une motivation, l’intérêt en est une, mais pas toute, c’est ridicule de dire cela. D’autre part dans une relation on est au moins deux, comment se poser des questions sur les autres sans s’en poser aussi sur soi.
    Une chose est sûr, c’est que le monde du travail est devenu plus dur, la vie aussi, la télévision, le smartphone, internet nous rendent plus individualiste. Bref rien d’étonnant à ces questions, ce n’est pas une question d’âge, mais d’environnement, d’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *